HISTOIRES DE GRANDIR
 


 

    HISTOIRES de GRANDIR est une action menée par l'APOMM auprès d'assistantes maternelles pour les informer de l'intérêt et des bénéfices des livres pour les enfants.


 


Vous pouvez télécharger ici la plaquette de prévention de l'APOMM
"Ces Histoires qui font Grandir"
sur le livre et l'activité de lecture.

 


 


POURQUOI UN PROJET EN DIRECTION DES ASSISTANTES MATERNELLES ?

  

Le rôle des assistantes maternelles dans le développement de l’enfant
 
    En tant que professionnelles de la petite enfance, les assistantes maternelles ont pour rôle d’accompagner au mieux l’enfant dans tous ses apprentissages.

    Par le temps qu’elles passent auprès de lui, par la nature des activités qu’elle lui propose, elle peut influer positivement sur le développement du langage de l’enfant et sur son appétit pour la lecture et le langage écrit.

 
 

 
Le rôle de l’orthophoniste
 
    L’une des missions de l’orthophoniste, telles que définies par son décret de compétences, est d’intervenir dans la prévention primaire des troubles du langage auprès d’autres acteurs engagés dans le parcours de vie de l’enfant, qu’ils soient professionnels de santé ou de la petite enfance.
 
  


Pourquoi cette action ?
 
    Les orthophonistes assurent déjà le module de la formation initiale des assistantes maternelles portant sur le développement du langage oral chez l’enfant. Au cours de ce module, les questionnements concernant le rôle de la lecture, des histoires et de l’utilisation et de la manipulation de l’écrit en général, du livre en particulier, sont nombreux.
 
    Aussi, nous souhaitons à travers ce projet accompagner au mieux les assistantes maternelles dans leur exploration du matériau écrit, créer une émulation autour du livre, afin de leur proposer un enrichissement de leur pratique. Il s’agira donc de leur faire prendre conscience de l’intérêt d’un tel support, non seulement au niveau du langage oral, mais aussi du développement de l’appétence pour l’écrit et de la relation que l’enfant se construit au monde.
 
    L’intervention sera articulée en plusieurs temps. D’abord, un temps de conseils et d’échanges, où les participants pourront poser leurs questions, faire part de leur pratique et partager leurs expériences autour du livre et des histoires. Ensuite, un temps consacré à l’approfondissement des connaissances du support, avec une mise en lien de différents ouvrages, des âges auxquels les proposer et des activités annexes pouvant être mises en place. Enfin, un temps d’ouverture, avec par exemple, présentation de quelques bibliothèques et structures permettant l’emprunt de livres, distribution d’un ouvrage à choisir parmi une sélection et, pourquoi pas, un temps d’expérimentation directe, avec lecture aux enfants.
   

 
 
POURQUOI LE LIVRE COMME SUPPORT DE CE PROJET ?


 
Le rôle du livre
 
    Lorsque l’on parle du livre, on pense d’abord à la lecture, à son apprentissage et à son utilisation. Or, bien en amont, c’est véritablement comme outil de développement des compétences langagières –qu’il s’agisse du langage écrit mais également du langage oral- que nous souhaitons l’envisager et le promouvoir auprès du public choisi.



 
Le livre comme objet d’expérimentation et d’exploration du réel
 
    Pour l’enfant tout-petit, le premier livre est d’abord un objet d’expériences sensorielles : il peut le toucher, le porter à la bouche, froisser les pages… Le manipuler à sa guise ! En se l’appropriant, puis en y revenant ensuite plusieurs fois, avec un adulte accompagnant, lors de temps spécifiquement dédiés à cette exploration, ou seul, l’enfant fait du livre un objet de routine qui, en lui apportant régularité et permanence, lui permettra de structurer le temps.
 
    En grandissant, l’enfant s’intéresse de plus en plus au contenu. Dans un premier temps, des récits réalistes, ancrés dans le quotidien de l’enfant, proches de ses préoccupations, lui permettront de s’approprier facilement le livre. Il pourra ainsi reprendre l’histoire à son compte, s’y projeter, se réassurer sur ses propres expériences.

  


Le livre comme outil de mise en relation
 
    Pendant la lecture partagée, sont mises en œuvre des capacités socles nécessaires au bon développement du langage oral : attention conjointe dirigée vers le support, accroche du regard pour saisir les illustrations mais également pour maintenir l’attention, modulation de la voix, prosodie adaptée, écoute attentive et reformulation. Tout ceci mobilise l’enfant et le lecteur dans une attitude de nécessaire interaction, propice à la communication.
 
    Par ailleurs, par sa dimension symbolique (mise en mots du réel), le livre permet à l’enfant de se distancier du vécu et de prendre du recul par rapport à ses expériences. Ainsi, les émotions peuvent être mises en mots et canalisées, le réel peut être organisé et anticipé. L’enfant peut se détacher de l’immédiateté temporelle et spatiale. Le livre devient un vecteur de la relation nouvelle que l’enfant, désormais acteur, entretient au monde qui l’entoure.
 
    Enfin, l’histoire que l’on raconte, le livre que l’on lit ensemble sont autant de moments de plaisir commun, propices au partage et prétextes à d’autres échanges, qui viendront cimenter la relation enfant-adulte.

 


 Le livre comme support d’apprentissage de la langue
    
    La lecture partagée mobilise évidemment le langage oral.


    L’utilisation d’un langage spécifique, adapté à l’âge de l’enfant, la mise en place des tours de parole (par exemple, l’adulte raconte, l’enfant décrit les images), la succession des temps forts de l’histoire, qui la replace ainsi dans un contexte d’évolution temporelle : tous ces éléments sont indispensables à l’émergence et à la construction du langage et font du livre un outil préférentiel dans l’apprentissage de celui-ci.

    Par l’écoute active, l’enfant s’approprie les modèles langagiers qui lui sont proposés et accroît ainsi son vocabulaire et sa maîtrise de la langue. Les images, et le lien permanent qui se fait entre celles-ci et le texte, permettent  reformulation et enrichissement syntaxique.

    Tout ceci, ainsi que le plaisir qui y est associé, permet à l’enfant d’améliorer sa maîtrise de la langue orale, mais le familiarise également  avec la langue écrite, augmentant ainsi ses chances de devenir bon lecteur.
 


 
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement